jeudi 13 mars 2011

Photo: Guy Tillim

L'idée de lancer aujourd'hui un projet musical sur un relatif long terme, telle que la création d'un label, provoque nécessairement un certain embarras chez la personne qui vous écoute, tant l'entreprise semble vouée à faire voeu de pauvreté. Bien évidemment, l'ambition "commerciale" n'a jamais été le seul leitmotiv pour lancer un tel projet et il est d'usage de dire qu'il faut surtout être profondément "passionné" pour entreprendre une telle chose. Alors, sans se lancer dans d'interminables jérémiades sur l'état de santé actuel de l'industrie musicale, force est de constater néanmoins que l'ingrédient "passion" nécessaire au lancement de ce genre de projet s'est mué en quelque chose proche de l'obstination.
Today, the idea to launch a musical project on a relative long-term basis, such as the creation of a label, necessarily causes some kind of embarrassing empathy to the person who listens to you, as much the entreprise is devoted to take a vow of poverty. Obviously, the commercial ambition has never been the only mantra to launch such a project and it is customary to say that we must above all be deeply "passionate" to undertake such a thing. Then, without getting into endless whining about the current health of the music industry, it's pretty clear that the ingredient "passion" needed to launch such a project has evolved into something like the obstinacy.

Il n'empêche que de nouveaux projets de qualité voient encore le jour. L'exemple du jeune label Blackest Ever Black est à cet égard tout à fait intéressant. Ils sortent le premier EP en Septembre 2010 et pose ainsi la première pierre de ce que l'on pourrait appeler maladroitement l'"édifice identitaire" du label. A travers leur site/blog, ils publient tant leurs sorties, leurs influences, que leurs mix et parviennent à dessiner les contours d'une esthétique très forte. C'est cette recherche d'identité qui a particulièrement attiré mon attention sur leurs travaux. Ici encore, nul besoin de parler de genre ou de style de musique, seules des émotions et des couleurs sont visées.
Nevertheless, new quality projects are still on. The example of the young label Blackest Ever Black is in this context quite interesting. They released a first EP in September 2010 and thus laid the foundation stone of what might be awkwardly called the "identity edifice" of the label. Through their website/blog they publish releases, influences, mix and manage to draw the outlines of a very strong aesthetic. That's this search of identity that has particularly struck my attention to their work. Again, no need to talk about genre or kind of music, only emotions and colors are aimed.

Je suis proprement incapable de prédire l'avenir commercial de ce projet, en revanche je suis certain d'une chose c'est qu'ici une véritable passion est en train de construire "quelque chose" de substantiel. Chapeau bas!
I am strictly unable to predict the commercial future of this project, however I am at least convinced of one thing: there is here a genuine passion which is actually building "something" substantial. Hats off!

Pour comprendre, sont très fortement conseillés leurs mix :
In order to understand, just check out their mix:
The Scold's Bridle

She Died With Her Eyes Open

Quelques perles qui en sont issues :
Some very special goodies extracted from them:


No comments:

Post a Comment