samedi 3 juillet 2010

Photo : Andrew Laumann

Un fracas de cuivres grincants, un grondement de tambours, le tout accompagné par une rythmique chevaleresque, cela faisait si longtemps que je voulais aborder ce sujet richissime : l'épique-musique! Il s'avère qu'à nouveau les parois opaques entre les styles musicaux classiques ne résistent pas à la puissance de ce genre. Aussi bien dans les opéras de Verdi que dans le rap harlemois, la mégalomanie rassemble. Une musique despotique et religieuse pour sujets incrédules.

It is been a while that I want to approach this "richissime" subject : epic-music! It seems once again that these thick walls between musical styles can be demolished by the power of this kind. As much as in Verdi's operas than into the Harlem's rap, megalomania gathers. A despotic and religious music for incredulous subjects.

Alors nombreux seront ceux qui esquisseront un rictus amusé sur les rapprochements de références employés ici, il ne s'agit pourtant pas seulement d'un raccourci spectaculaire (même si le sujet s'y prête généreusement), mais de la description d'une sensation commune, comme le décrit cet extrait d'article, dont le sens demeure pour moi encore très obscur, sur la musique baroque :
"Une fascination semblable avec une expression simple, forte, dramatique, où les rythmes clairs, amples, syncopés remplacent les comparaisons métaphysiques, sophistiquées et entrelacées de maniéristes". La référence provient de wikipédia, mais caractérise à mon sens merveilleusement bien (si on veut comprendre ce que l'on veut comprendre) le genre épique dans un sens plus général. Ainsi le plus étonnant est, qu'avec une certaine abstraction, on peut appliquer cette description au travail flamboyant du collectif rap Diplomats pourtant en apparence si éloigné de Monteverdi, de Haydn ou même de Wagner.

"A similar fascination with a simple strong, dramatic expression where the lear, detailed and syncopated rhythms split off metaphysical, sophisticated and intertwined comparisons of mannerists" from Wikipedia at the French article "Baroque"...

Richard Wagner - Carmina Burana - O Fortuna


Pour persévérer dans ce curieux parallélisme, on peut aussi noter la récurrence des intonations guerrières dans le genre de l'épique-musique. On repense irrémédiablement la réplique hilarante et désormais célèbre de Woody Allen : "quand j'écoute Wagner, çà me donne envie d'envahir la Pologne!".

In order to hold this weird parallelism, we can notice the recurrent reference to the war intonations in this kind of music.


Et de la guerre au chaos, la frontière est fine. La consécration la plus radicale du genre semble être nécessairement apocalyptique, comme le bouquet final d'un feu d'artifices qui aurait dégénèré pour laisser place au néant.

From the war to the chaos, the border is fine. The most radical consecration of this kind seems to be necessarily apocalyptic, as the finale of a fireworks display which degenerated and led us to nothingness.
Olivier Messiaen - Introduction (conducted by Kent Nagano) (Album "Turangalîla Symphony", 2001)

No comments:

Post a Comment